Sculptures

Patrick Renauld


Le travail du bois a occupé mes mains pendant 30 ans sans vraiment traduire ma pensée. Du placage, des demi coques de bateaux, jusqu'au jour où les veines d'un morceau d'olivier particulièrement rétif à se transformer, m'ont placé un peu d'argile sous les doigts.

Un vieux bidon, l'anxieuse griserie de la cuisson, les pièces qui éclatent. Puis la découverte du bronze au Liban avec un sculpteur - fondeur arménien plein de talent.

Depuis, deux expositions. La première à Paris, "le cinquième sens ou la mémoire des doigts". La seconde à Rome, "l'ombre cachée des choses".

 

"Le cinquième sens ou la mémoire des doigts" sera ma première exposition.
Le toucher est essentiel dans mon travail. A tous les stades. Que ce soit le dégrossissage, le modelage, ou le polissage, que se soit de la pierre ou de la terre, ce sont mes doigts qui dirigent la réalisation de la pièce tout autant que ma reflexion. Il ne s'agit pas du geste mais du toucher. C'est la mémoire de mes doigts qui corrige souvent ma pensée.

 

 

 

Ce sont mes doigts qui se souviennent d'une courbe, d'un pli et qui le restituent. Plus que mes yeux qui se ferment pour mieux ressentir, c'est cette mémoire des doigts qui va rendre la douceur d'un creux en guidant le pouce ou le tranchant du ciseau.

J'ai lu qu'il fallait prendre du recul, tourner, examiner sa pièce sous tous ses profils. Certes, j'obéis à ces règles de maîtres, mais tout au long de mon travail, je ne peux m'empêcher de passer la main ou le doigt, sur la pièce pour mesurer l'intensité de la sensation qu'elle exprime.

Pour vérifier si elle me fait rêver ou simplement si elle est juste. Lorsque le toucher de l'artiste est bien rendu dans une pièce, il créé chez le spectateur un besoin de toucher. Face à certains angles, plis rugueux, méplats, nous avons tous eu, un jour, irresistiblement envie de passer la main.

Nous avons sans doute cherché à nous accaparer l'énergie ou la douceur cachée dans l'objet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon travail d'autodidacte s'inspire de ce qu'il a sous les yeux et élabore à partir de ce dont il se souvient. Et souvent, partir de l'imagination des autres et suivre un autre chemin.

 

Tout a été dit ou fait mais je trouve du plaisir à redire et à refaire. Peut être une forme, un profil a-t-il été oublié et vais-je le découvrir?.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                

                           

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photos: V.R